Klaus Fruchtnis, a transurban approach.

[French below]

Klaus Fruchtnis will participate (with fellow artist Donald Abad) to City Sonic 2013 in the framework of the European Mobility artistic project “Park in Progress” with a residency that will give rise to the “European Night of young creation” September the 6th , 2013 in Mons, on the site of the anciens Abattoirs (ancient slaughterhouse), for the opening of the festival. He defines himself as a “digital artist”. Researcher and professor Franco-Colombian, he currently lives in Paris after graduating his DNAP at the European School of Fine Arts of Bretagne, in Rennes, and his DNSEP at the National School of Fine Arts in Paris. He is also a member of the research program to ENSADLab at the National School of Decorative Arts in Paris and he has a research master in media design : Arts & Digital Media at the University La Sorbonne – Paris 1. His work explores various fields: photography, multimedia, digital design and experimentation of media.

CODEKlaus FruchtnisI am interested in the city and its inhabitants, as well as design projects and social and urban development. With my work, I question the power of the image, its origin and its impact in the present world of art, through new technologies, and its influence in our daily lives. If I had to define my approach in a few words, I will use this Chinese proverb: “Tell me and I’ll forget. Show me and I’ll may not remember. Involve me and I’ll understand”.

Fruchtnis’approach is interdisciplinary; it incorporates art, technology and space. He creates artworks which are in constant interaction with the audience. They are designed as maps: a heterogeneous constitution in permanent merger, waiting to be read by the audience.

Klaus Fruchtnis: In my practice as an artist, I attach importance to the conceptual, visual and technological research for each project. My work is characterized by a constant evolution and research methodology. Fixed in my origins as a multicultural person (Europe and South America) and trilingual, who grew up in several countries, it is easier for me to assimilate and understand the different cultures that feed my work with an international and atmosphere.

I attach a lot importance to the perception and expression of my artworks in physical space, not only as a surface or media used, but also as a physical space in which they are exhibited. I invite the audioence to participate, or rather to explore, each of my artworks creating a “fusional relationship” like an event, where before, during and after, are very important steps in my creative process.

Paolo Rosa of Studio Azzurro said about him: “There is a kind of impressionistic feeling in Klaus Fruchtnis and his way of doing. But contrary to the great painters of the18th century, who crossed the countries looking for the best light and the right place to give birth to their gestures and let their brushes be guided by the wind, colors, smells and sounds of nature … his way of feeling is the result of a tenacious and persistent pounding of hard asphalt of the city “(read more).

Can you present your project “Regards Croisés” (Crossing Viewpoints), that you created with the people of the city of Argenteuil (France) :

Klaus : I think this fieldwork that I started 3 years ago, is probably the project that brings together all the elements of my current research and underlines the future outlines. Regards Croisés is a public order by the city of Argenteuil, a mobile artwork about the urban environment, my role as an artist was to think and develop an interface that focused on the social and identity aspect of the space in the city. Through my work methodology, my interest in language and image, and my approach to urban space, this artwork proposed a reflection on the movement and the meeting in the city. Leave or arrive, stay or move, run or stop, the city is made for that we are always in motion and in close relationship with each other”.

The specifications of this order was quite clear: create a social inter-district link with the artwork “Regards Croisés. “Find the essence of our city, a place to share, of meeting and free, such was the educational intention of the project”. Very interested in the research, the exchange with the audience in this project is an essential point in the development of my approach. Because for me, digital art is a relational system that wants to generate reactions based on the everyday life. So my approach is not only artistic but it conveys a sense of collective experience. These past experiences clearly show my interest in the development of technical knowledge, his sharing and his broadcasting to the audience.

This project allowed me to develop similar projects (like “Correspondances Numériques” (Digital Correspondences) with the city of Rennes and “GPSme”with the city of Milan). And, to date, these projects give rise to another type of research with The New School for Design – Parsons Paris for example, where I am a professor. I will lead at the start of the school year a research laboratory about the city, “City Space : inside-out outside-in”. The development of my practice about the relational design, sensitive training, collaborative practices, social media, etc.. also interests me.

When we asked him how his research has evolved since he began as a multidisciplinary artist, he insists that he prefers the term “interdisciplinary” because it mixes several disciplines in one project simultaneously. He believes that it is this “constant oscillation between different fields, and working with different actors (artists, designers, architects, etc.)“, which has developed its vision and its role as an artist, and consequently, has evolved his research by technical questionings.

Common GroundKlaus :  Trained in Fine Arts, I’ve practised drawing, sculpture and many other techniques before arriving to digital. I think this long 10 years transition has played a very important role in the development of my practice and my interest in the origin of image. Because it is silver photography and its chemical method influenced by physical parameters, that all began. I moved from the image by its components (such as pixel, color, black and white) to the surface (real and virtual), then the contact with the audience (participatives and progressives installations) as well as the transmission and the sharing of information (urban interfaces, relational design, augmented reality, etc.). while questioning the use of digital devices.

I am interested in different things: science, technology, architecture, urbanism ; and I try by my own artist means to respond with questionings that generate something with the public. Transdisciplinarity should not only be present in the creative process, but also in the triangulation of reading (audience-artwork-artist)

Can you say a few words about your first Park in Progress experience at Pannonhalma ?

Klaus : This experience was positive and very interesting” he says. “Because my aim was to share and exchange with other artists about my own artistic questionings, in a defined environment, and to start a conceptual and plastic work in site specific. This residency also allowed me to ask questions, share and create a project (in collaboration with French sound artist Rodolphe Alexis), and to participate and help other artists in their own projects.

For that edition of Park in progress, Fruchtnis created the artwork “Timeless / Időtlen“, a video installation (two projections of 8 x 2 meters) and a walk in QR code (7 codes).

I think this kind of program allows artists to meet and discuss each other during very short period of time, as well as create in very special and enriching constraints. In any case, I consider the Park in Progress experience allows artists to express in short-term ideas that can take shape on collaborations in the long term. The proof is that I am still in contact with some artists that I met in Hungary (Matt Coco, Rodolphe Alexis, Carl Hurtin, Anne Sophie Turion, etc..) and we exchanged regularly on our works and projects

Can you give me two or three artworks/projects or artists that you feel close today ?

Klaus Without hesitation, I think about the pioneers of digital art and those who question the device rather than its formal representation: Moholy-Nagy, Ben F. Laposky, Michael Noll, Jim Campbell, Kenneth Knowlton ou encore plus récent Michael Snow, Rafael Lozano-Hemmer, Daniel Canogar, Hiroaki Umeda… among others.

But I prefer to mention two books that are currently in the junction of my research: « L’Art comme expérience » by John Dewey and « Education for Socially Engaged Art » by Pablo Helguera. These two books represent for me the current state of the art and open a door for that us, artists, produce artworks with sense, where the audience can understand by experience.

Interview by Jacques Urbanska, for Transcultures/City Sonic – August 2013

_______________________________

Klaus Fruchtnis participera (en collaboration avec Donald Abad) à City Sonic 2013 dans le cadre du projet européen de mobilité artistique « Park in Progress » avec une résidence qui donnera lieu à la « Nuit européenne de la jeune création » le 6 septembre 2013 à Mons, sur le site des anciens Abattoirs, en ouverture du festival. Il se définit, entre autres, comme « artiste digital ». Chercheur et professeur franco-colombien, il vit actuellement à Paris après avoir obtenu son DNAP à l’École Européenne Supérieure des Beaux Arts de Bretagne, à Rennes, et son DNSEP à l’École Nationale Supérieure des Beaux de Paris. Il fait également partie du programme de recherche ENSADLab à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et il a, d’autre part, un master de recherche en design médias technologie : Arts & médias numériques de l’Université La Sorbonne – Paris 1. Son travail se base sur les champs de la photographie, du multimédia, du dessin digital et de l’expérimentation de médias.

Klaus Fruchtnis : Je m’intéresse à la ville et à ses habitants, ainsi qu’aux projets de design et de développement social et urbain. Avec mon travail, je questionne le pouvoir de l’image, son origine et son incidence dans le monde actuel de l’art, par le biais des nouvelles technologies, les différentes façons de la percevoir, ainsi que son influence dans notre vie quotidienne. Si je devais définir ma démarche en quelques mots, j’utiliserai ce proverbe chinois: « Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je pourrais ne pas me rappeler. Implique-moi et je comprendrai ».

Sa démarche est transdisciplinaire : elle incorpore l’art, la technologie et l’espace. Elle crée des œuvres qui sont en constante interaction avec le public. Elles sont conçues comme des cartes : une constitution hétérogène en fusion permanente, en attente d’être lues par le public.

Klaus Fruchtnis : Dans ma pratique en tant qu’artiste, j’accorde de l’importance à la recherche conceptuelle, visuelle et technologique pour chaque projet. Mon travail se caractérise donc par la constante évolution et la méthodologie de recherche. Encrée dans mes origines en tant que personne multiculturelle (Europe et Amérique du Sud) et trilingue, qui a grandi dans plusieurs pays, il m’est plus facile d’assimiler et de comprendre les différentes cultures, qui nourrissent mon travail avec une atmosphère internationale et adaptable.

J’accorde énormément d’importance à la perception et à l’expression de mes œuvres dans l’espace physique, pas seulement en tant que surface ou par les médias utilisées, mais aussi comme espace physique dans lequel elles sont exposées. J’invite le public à participer, ou plutôt à explorer, chacune de mes œuvres créant une « relation fusionnelle », comme un événement, où l’avant, le pendant et l’après, sont des étapes très importantes de mon processus créatif.

De Klaus, Paolo Rosa du Studio Azzurro dit : « Il y a une sorte de sensation impressionniste chez Klaus Fruchtnis et dans sa façon de faire. Mais, contrairement aux grands peintres de la fin du 18ème siècle, qui ont traversé les champs à la recherche de la meilleure lumière du jour et le bon endroit pour donner naissance à leurs gestes et laissez leurs brosses être guidés par le vent, les couleurs, les odeurs et les sons de la nature… sa manière de sentir est le résultat d’un martèlement tenace et persistante du dur asphalte de la ville » (lire la suite).

Pourrais-tu nous dire quelques mots sur ton projet « Regards Croisés, que tu as réalisé avec les habitants de la ville d’Argenteuil ?

Klaus : Je pense que ce travail de terrain que j’ai commencé il y a 3 ans, est sans doute le projet qui rassemble tous les éléments de ma recherche actuelle et souligne les grandes lignes à venir. « Regards Croisés » est une commande publique faite par la ville d’Argenteuil, une œuvre mobile autour de l’environnement urbain, mon rôle en tant qu’artiste était de penser et développer une interface qui mettait l’accent sur l’aspect social et identitaire de l’espace de la ville. Par ma méthodologie de travail, mon intérêt pour le langage et l’image, et mon approche à l’espace urbain, cette œuvre proposait une réflexion sur la circulation et la rencontre dans la ville. Partir ou arriver, rester ou bouger, circuler ou s’arrêter, la ville est faite pour que nous soyons toujours en mouvement et en relation étroite avec l’autre.

Le cahier de charge de cette commande était assez précis: créer un lien social inter-quartier avec l’œuvre « Regards Croisés. » Retrouver l’essence de notre ville, un lieu de partage, de rencontre et de gratuité, tel était l’intention pédagogique du projet. Très intéressé par la recherche, la phase d’échange avec le public, voire pédagogique, dans ce projet est un point essentiel dans le développement de ma démarche.  Car pour moi, l’art numérique consiste en un dispositif relationnel qui veut générer des réactions en se fondant dans le quotidien. Ma démarche donc n’est pas seulement artistique mais elle véhicule une idée d’expérience collective. Ces expériences passées démontrent bien mon intérêt pour le développement d’un savoir-faire technique, son partage et sa diffusion auprès du public.

C’est projet m’a permis de développer d’autres projets similaires (comme « Correspondances Numériques » avec la ville de Rennes et « GPSme » avec la ville de Milan). Et, à ce jour, ces projets donnent lieu à un autre type de recherche avec The New School for Design – Parsons Paris par exemple, où je suis professeur. Je vais mener à la rentrée un laboratoire de recherche autour de la ville, « CITY SPACE : inside-out outside-in». Le développement de ma pratique autour du design relationnel, le sensitive training, les pratiques collaboratives, le social media, etc. m’intéressent aussi beaucoup.

Quand on lui demande comment à évolué sa recherche depuis qu’il a commencé en tant qu’artiste pluridisciplinaire, il insiste sur le fait qu’il préfère le terme « transdisciplinaire », car il mélange plusieurs disciplines dans un seul projet en même temps. Il croit que c’est cette « oscillation permanente entre différents champs, et le travail avec différents acteurs aussi (artistes, designers, architectes, etc.)« , qui a fait évoluer sa vision et son rôle en tant qu’artiste, et par la suite, a fait évoluer sa recherche par les questionnements techniques.

Klaus : Formé aux beaux arts, je suis passé par le dessin, la sculpture et bien d’autres techniques avant d’arriver au numérique. Je crois que cette longue transition de 10 ans a joué un rôle très important dans le développement de ma pratique et mon intérêt pour l’origine de l’image. Car c’est par la photographie argentique, et son procédée chimique influencé par des paramètres physiques, que tout a commencé. Je suis passé de l’image par ses composants (comme le pixel, la couleur et le noir et blanc) à la surface (réelle et virtuelle), puis au contact avec le public (installations participatives et évolutives) ainsi que la transmission et le partage de l’information (interfaces urbaines, design relationnel, réalité augmentée, etc.) tout en questionnant l’utilisation des dispositif numériques.

Je m’intéresse à différentes choses : la science, la technologie, l’architecture, l’urbanisme ; et j’essaie avec mes propres moyens d’artiste d’y répondre avec des questionnements qui génèrent quelque chose chez le public. La transdisciplinarité ne doit pas être seulement présente dans le processus créatif, mais aussi dans la triangulation de la lecture (public-œuvre-artiste).

Pourrais-tu me parler de ta première expérience Park in Progress, à Pannonhalma en Hongrie ?

Klaus : A Pannonhalma, Park in Progress #5, en 2012, était ma première expérience de résidence collective, mon expérience était positive et très intéressante. Car mon objectif était de partager et d’échanger avec d’autres artistes autour de mes propres questionnements artistiques dans un environnement défini ; et de démarrer un travail conceptuel et plastique in situ. Cette résidence m’a aussi permis de questionner, d’échanger et de créer un projet (en collaboration avec Rodolphe Alexis), ainsi que de participer et d’aider d’autres artistes dans leurs propres projets.

J’ai créé l’œuvre “Timeless / Időtlen“, une vidéo installation (2 projections de 8 x 2 mètres) et promenade en QR code (7 codes).

Je pense que ce genre de programme permet aux artistes de se rencontrer et d’échanger sur un lapse de temps très court, ainsi que de créer dans des contraintes très particulières et enrichissantes. En tout cas, je considère que l’expérience Park in progress permet aux artistes d’exprimer sur un court terme des idées qui peuvent prendre forme sur des collaborations dans le long terme. La preuve est que je suis toujours en contact avec certains artistes que j’ai rencontré en Hongrie (Matt Coco, Rodolphe Alexis, Carl Hurtin, Anne Sophie Turion, etc.), et nous échangeons régulièrement sur nos démarches et projets en cours.

Pourrais-tu me citer deux ou trois œuvres/projets ou artistes de qui tu te sens proche aujourd’hui ?

Klaus : Sans hésiter je pense aux pionniers de l’art numérique et à ceux qui questionnent le dispositif plutôt qu’à sa représentation formelle: Moholy-Nagy, Ben F. Laposky, Michael Noll, Jim Campbell, Kenneth Knowlton ou encore plus récent Michael Snow, Rafael Lozano-Hemmer, Daniel Canogar, Hiroaki Umeda… entre autres.

Mais je préfère citer deux livres qui sont, actuellement, dans l’intersection de ma recherche : « L’Art comme expérience » de John Dewey et «  Education for Socially Engaged Art » de Pablo Helguera. Ces deux ouvrages représentent pour moi l’état actuel de l’art et ouvrent une brèche pour que nous, les artistes, produisons des oeuvres avec du sens, où le public peu comprendre par expérience.

Quel sont tes prochains projets ?

Klaus : J’ai trois grands projets à venir (entre septembre et décembre 2013):

– Résidence Art & Science “D’un monde à l’autre” avec le Centre National de Recherche Scientifique et l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Créteil, France. Il s’agit d’une rencontre avec le scientifique Christophe Morin, du laboratoire de recherche CNRS/CCRRET autour du thème « croissance, réparation et régénération tissulaire » et « le pixel » comme élément de langage de l’image.

 – Artiste invité pour la Nuit Blanche à Bogotá, Colombie.

– Direction du laboratoire de recherche «CITY SPACE : inside-out outside-in» en partenariat avec Parsons Paris The New School for Design, Paris et la Ville d’Argenteuil, France.

Propos recueillis par Jacques Urbanska, pour Transcultures/City Sonic – août 2013